La page blanche



Il y a des jours où l’envie est proche du néant. Ces jours où l’on est mal réveillé, où le ciel est un peu trop gris, où le calendrier annonce lundi, où le réveil a sonné trop tôt. Quelque soit le motif qui nous a rendu aigri, la journée ressemble à une page blanche sur laquelle rien ne vaut la peine d'être écrit, oublier, et vite. Et les passionnées de mode comme moi savent ô combien ce concept s’applique à notre garde-robe.
Je ne compte plus les fois où je n’avais rien à me mettre alors que mon dressing est plein à craquer ; ces jours où rien ne me va, même pas le jean qu’on a mis la veille ; où l’inspiration ne vient pas ; où la météo nous donné juste envie de porter un plaid, des chaussettes et un vieux jogging toute la journée. C’est une chose qui m’arrive fréquemment et qui m’effraye parfois, tant j’ai de quoi m’habiller. Je n’y ai toujours pas trouvé de « solution », si ce n’est appliqué le principe du « turn-over » à ma garde-robe, afin de ne jamais me lasser. Mais bon ce n’est pas si simple, vous remarquerez que j’ai un rapport très particulier avec mes vêtements, alors revendre, c’est presque comme si je devais me défaire d’un proche (la meuf pas tarée nooooonnn !), et avoir la crainte de regretter ce vêtement plus tard. Alors je préfère le laisser moisir garder précieusement au fond de mon armoire, en espérant le remettre un jour.
Quand on tient un blog, le syndrome de la page blanche est encore plus difficile à vivre car, à s’exposer, on se doit de montrer le meilleur de nous-même, certes en restant ancré dans la réalité, mais serait-il intéressant pour vous de me voir affubler de mon slip et de mon pyjama ?
Alors on se fait violence pour réfléchir à la meilleure façon d’exploiter tel vêtement, de remédier tant bien que mal aux jours OFF. Et je me rends compte que ce blog est un des meilleurs alliés que j’ai pu avoir. Il m’a permis de remettre des vêtements que je ne portais plus, des chaussures qui avaient fait leur temps, des accessoires qui hibernaient depuis un long moment. Il me pousse à oser, à rentabiliser mes achats voire à dépenser plus hein ! , à exploiter la chose qui me sert de cerveau.
Alors certes les jours OFF sont toujours existants, mais moins fréquents, je surexploite mon imagination pour toujours vous faire découvrir une part de moi.
On dira qu’il vaut mieux avoir des idées pour ouvrir un blog, mais on ne se rend pas toujours compte qu’un blog peut aussi être un booster pour se surpasser, avoir toujours plus d’imagination.

Les bottes que je porte sont de cet acabit, achetées il y a un quart de siècle, je les porte, les oublie et les reporte quand le froid se fait plus présent. Elles viennent de Topshop. Je les porte avec un top et un perfecto Zara et une jupe Isabel Marant.




































 






































8 commentaires:

Toute remarque ou critique est bonne à entendre, à vous de jouer!